On n’en fait jamais trop !

Créations

affiche_ONFJT1

« Issue totalement imprévisible et sidérante… suspense fort bien ménagé… dénouement inattendu… divertissement à l’écriture soignée… une première au goût de friandise… un succulent condensé de rouerie féminine… »
La République

« Le public friand de comédie pourra s’offrir une fantaisie « néo-dramatico-baroque »… la pièce de Gilles Saint-Cricq est troublante et drôle… une intrigue qu’il faut découvrir… surprise totale dans la drôlerie… »
Sud Ouest

« …écriture indiscutable, une vraie situation et de bons comédiens ».
Jean-Luc Jeener – LE FIGARO

« ….. Saint-Cricq pose bien ses jalons, « prépare » les péripéties comme il se doit et enchaîne les scènes de sorte que le spectateur attend, avec un intérêt croissant, de savoir comment tout ceci va se terminer. … nous ne dévoilerons pas la double chute de la pièce, mais, comme dit l’autre, attendez-vous à être surpris. … La mise en scène de Christine Saint-Cricq joue au mieux avec le cadre de la scène. Sa direction de comédien respecte la nature de chacune et chacun : rouée et « femme fatale » pour Charlotte Molinari qui joue l’infirmière, concrète et ambiguë pour Corinne Marsollier (l’épouse). Côté hommes, citons Bruno Uthurralt, sympa, inspiré, sans en faire trop dans le rôle du copain homo qui vire sa cuti… ».
REG’ARTS

On en fait jamais trop… ou comment un incident, semble-t-il anodin, est à l’origine du chamboulement de la vie de Jacques, écrivain quadra bien établi dans la vie comme en ménage. La routine lui pèse-t-elle ?
Amitié, mariage, notoriété… tout bascule quand il cherche à se rassurer auprès d’une femme qui l’attire comme un aimant !
Et le démon de midi n’explique peut-être pas tout…

Avis des spectateurs

Partager Facebook Twitter Google+